LE PROJET

LA CHAMBRE DE COMMERCE ITALIENNE POUR LA FRANCE DE MARSEILLE DEFEND LE «MADE IN ITALY»

La Chambre de Commerce italienne pour la France de Marseille en collaboration avec ses consoeurs européennes de Lyon, Nice, Bruxelles, Frankfort, Munich, Luxembourg, Amsterdam, Londres, Barcelone, Madrid et Zurich adhère au projet « The Extraordinary Italian Taste », promu par le Ministère italien du Développement économique, l’ICE (lnstitut italien pour le Commerce Extérieur) et Assocamerestero (Association des Chambres de Commerce italiennes dans le Monde).

QUELS SONT LES OBJECTIFS ?

Le marché européen s’est confirmé comme première destination de l'export agroalimentaire en 2016, et c’est pour cette raison que l’objectif du projet est la protection et la valorisation du Made in Italy de qualité, afin de combattre les imitations, « l’italian sounding », qui propose des biens et des produits d’origine douteuse, italiens de nom ou d’apparence et qui constituent un marché de concurrence déloyale par rapport aux véritables produits italiens (les consommateurs sont trompés par des produits non italiens qui utilisent marques, images, appellations et packagings).
Le projet « Valorisation et promotion des produits agroalimentaires italiens authentiques » se propose de sensibiliser les consommateurs sur les avantages liés à l’utilisation de véritables produits agroalimentaires italiens, notamment ceux liés au système de protection communautaire Aop et Igp, ce qui permet en même temps d’aider les entreprises italiennes à se positionner sur des marchés cibles ou à consolider et diversifier la gamme de produits déjà positionnés.
L’initiative qui s’insère dans la Campagne de promotion de l’alimentation 100 % Made in Italy durera 14 mois.

À QUI S’ADRESSE LE PROJET ?

Les différentes activités et manifestations sont destinées aux professionnels du secteur agroalimentaire : importateurs/distributeurs, responsables des achats des chaînes d’hôtel et des specialty stores, chefs, food bloggers, journalistes, nutritionnistes, influencers, testimonials et opinion leaders dans le monde du food et du wellness et consommateurs.

QUELLES SONT LES ACTIVITÉS PROGRAMMÉES PAR NOTRE CHAMBRE ?

  • La première activité programmée par notre Chambre a été réalisée du 12 au 14 novembre, à Milan lors de rencontres d’affaires dans le secteur agroalimentaire, entre producteurs italiens et importateurs/distributeurs français;

  • Lundi 20 novembre 2017 : Masterclass en présence de Chefs, restaurateurs, importateurs italiens et la presse locale afin de sensibiliser les consommateurs sur l'utilisation des produits agroalimentaires italiens de haute qualité ;

  • Du 18 au 31 décembre 2017 : Promotion d'une recette italienne à base de produits AOP/IGP, au menu de Noël de 15 restaurants labellisés "Marchio Ospitalità Italia";

  • Du 12 au 28 avril 2018 : Campagne promotionnelle pour sensibiliser les consommateurs du supermarché italien "Casa Gusto" de Vitrolles et plusieurs points gourmets situés à Marseille; Aubagne et Venelles;

  • Lundi 11 juin 2018 : Media diner organisé au sein du restaurant italien LO STIVALE de Toulouse (jumelée avec Bologne) et promotion d’un menu typique de l'Emilie Romagne élaboré par un Chef italien;

  • Mardi 10 juillet 2018 : Media diner organisé au sein du restaurant italien IL RISTORANTE de Lille (jumelée avec Turin) et promotion d’un menu typique du Piémont élaboré par un Chef italien;

  • En mars, juin et septembre : 3 sessions de rencontres d’affaires agroalimentaires en Italie sont prévues en Emilie-Romagne, dans les Marches et les Pouilles;

  • Tout au long de l’année, une campagne de promotion et de communication est lancée : sur les réseaux sociaux, relations avec les médias, distribution de flyers aux visiteurs/consommateurs pendant les évènements organisés par la Chambre.

UNE ANNEE GOUTEUSE!

Des activités grand public et d’autres destinées aux professionnels du secteur agroalimentaire. Ce sont les atouts de la stratégie mise en place par la CCIFM afin de faire connaître les authentiques produits “Made in Italy”.
Aider les consommateurs à se méfier des imitations des produits agroalimentaires “Made in Italy” : c’est l’objectif du projet “The Extraordinary Italian Taste”, lancé par l’association Assocamerestero, soutenu par le Ministère pour le Développement Économique et par l’Agence ICE. La Chambre de Commerce Italienne pour le France de Marseille (CCIFM) s’est investie pour contribuer activement à cette campagne de sensibilisation des consommateurs étrangers afin de les éduquer aux vraies saveurs italiennes tout en luttant contre le phénomène d’Italian Souding. La stratégie? Informer et faire expérimenter par le biais de multiples activités durant toute l’année. Une première opération a été organisée dans le supermarché italien “Casa Gusto” de Vitrolles et dans divers points gourmet de Marseille, Aubagne et Venelles. Les clients ont pu bénéficier de divers conseils et d’explications d’animatrices expertes en produits italiens. Ils ont aussi reçu en cadeau un livret de recettes bilingue rempli de trucs et astuces et de recettes qui permettent de mettre en valeur 5 produits essentiels de la cuisine italienne: huile d’olive extra-vierge, vinaigre balsamique, parmesan reggiano, jambon cru de Parme et vins. Afin de sensibiliser la presse, les food influencer et les institutions locales, une formule particulière a été retenue, le Media Dinner : un repas avec menu spécial organisé par les restaurants certifiés Ospitalità Italiana. Deux rendez-vous ont été organisés l’un à Toulouse le 11 juin et un autre à Lille le 10 juillet. Les 40 invités, influencers, journalistes et buyers spécialisés ont pu apprécier différents plats typiques ainsi que des vins assortis pour une explosion de saveurs difficiles à oublier. La CCIFM a ensuite interviewé sur leur perception de l’italian souding en France, Pierre Lambinon, chef étoilé du restaurant Pyr de Toulouse, Magali Marini, responsable de la société “Atelier Plus”, grossiste et importatrice de produits italiens et corses et Rocco Femia, directeur de la revue franco-italienne “Radici”. Pierre a déclaré bien connaître les vraies saveurs italiennes et a affirmé ne pas se laisser tromper par les imitations. Son produit préféré? La mozzarella, marchandise plus que rare au-delà des Alpes. Magali et Rocco, quant à eux, bien conscients des risques liés à un tel phénomène se font les porte-paroles de la vraie qualité italienne. Leur “ péché mignon” ? La pasta sans hésitation. Durant toute l’année, la CCIFM a organisé des événements et différentes activités de promotion avec distribution de flyers pour les visiteurs et consommateurs. Apprendre à reconnaître la qualité n’a jamais été aussi agréable.

3 QUESTIONS A.... PIERRE LAMBINON, CHEF ETOILE AU RESTAURANT "PYR", A TOULOUSE

Lambinon

  • Que vous évoque le terme Italian Sounding ? Pour être honnête, cela ne me parle pas trop. Je peux dire que je ne suis pas touché par ce phé-nomène car je connais bien les produits italiens, les vrais, et je ne me laisse pas tromper par les imitations. Une bonne pâte à pizza avec de la farine de maïs, des bonnes pâtes al dente et un bon vin italien, ce sont des goûts que je reconnaîtrais sans hésitations.

  • Quelle importance accordez-vous à la provenance des produits que vous utilisez dans votre cuisine ? Cela a une importance capitale. Je dois savoir d’où vient chaque produit que j’utilise. Je dois pouvoir compter sur la même qualité tous les jours, un certain produit doit être toujours excellent. Ce qui veut dire que mes fournisseurs respectent un cahier des charges précis. Je vous donne un exemple : en ce moment nous proposons au menu le cochon du Pay Basque. Je dois savoir comment il a été élevé, s’il a été nourri correctement, et bien évidemment s’il a été abattu correctement aussi. C’est ce qui assure la qualité que j’offre à mes hôtes.

  • Quel est le produit agroalimentaire italien que vous appréciez le plus, et pourquoi ? La mozzarella, sans doute. Mais attention, la vraie mozzarella italienne. C’est un produit qui se con-somme frais, c’est bien pour cela que c’est si difficile d’en trouver à Toulouse, comme partout ail-leurs qu’en Italie j’imagine. Nous avons essayé de travailler avec des fromagers pour en avoir au menu, mais c’est vraiment compliqué. J’apprécie beaucoup le gorgonzola aussi et le vinaigre bal-samique. J’utilise tout le temps des produits italiens dans mes plats, autant vous dire que je suis très très attentif à la qualité.

3 QUESTIONS A.... MAGALI MARINI, RESPONSABLE DE LA SOCIETE "ATELIER PLUS", GROSSISTE ALIMENTAIRE, IMPORTATION ET VENTE DE PRODUITS CORSES ET ITALIENS

  • Que vous évoque le terme Italian Sounding ? L'Italian Sounding m'évoque une duperie des consommateurs de la part de l'industrie agroalimentaire. Ils croient acheter des produits italiens, fabriqués en Italie, alors qu'ils le sont ailleurs. Nous avons un vrai rôle à jouer sur la sélection des produits italiens que nous décidons d'importer. Nous devons être sûrs de leurs provenances.

  • Quelle importance accordez-vous à la provenance des produits que vous utilisez dans votre cuisine ? C’est primordial pour moi. Il est absolument nécessaire que je sache d'où viennent les produits que j’utilise, autant pour les produits frais que pour les secs. Je dois savoir comment a été élevé le cochon qui sert à produire une mortadella ou un jambon. Tout comme je veux connaitre et comprendre la production des Oranges Tarocco Bio. Je privilégie toujours les produits locaux fabriqués à partir des matières premières locales, notamment les produits Slow Food. En Italie comme en France, ceux-ci sont un gage de qualité alimentaire reconnue également en dehors de l'industrie agroalimentaire.

  • Quel est le produit agroalimentaire italien que vous appréciez le plus, et pourquoi ? La Pasta, sans hésitation ! C'est le produit emblématique de l’Italie. Les agriculteurs italiens ont conservé des savoirs ancestraux en cultivant des grains de blé anciens comme le Senatore cappelli. En autre, chaque région d'Italie a su conserver son savoir-faire local au fil du temps avec des formes de pâtes différentes et spécifiques.

3 QUESTIONS… ROCCO FEMIA, DIRECTEUR "RADICI", REVUE FRANCO-ITALIENNE BILINGUE

Rocco_Femia

  • Que vous évoque le terme Italian Sounding ? Il s’agit de produits qui, à travers l’utilisation de couleurs, de dénominations dans leur nom, dans leur packaging ou dans leur slogan, font penser qu'ils ont été produits en Italie, mais qui en réalité ne le sont pas.

  • Quelle importance accordez-vous à la provenance des produits que vous utilisez dans votre cuisine ? Une importance capitale. Mais qu’il soit dit clairement. Ce n’est pas tant la provenance géogra-phique (ou pas seulement géographique) qui fait nécessairement la qualité, mais la fabrication du produit en lui-même et le "savoir-faire" mis en place pour le réaliser. La fidélité à une histoire qu’il faut préserver. Or cette compétence l’homme peut l’acquérir partout ailleurs et pas seulement en Italie. Je sais, je vais en choquer plus d’un, mais nous ne pouvons pas contrôler tous les produits réalisés sur la planète. En revanche nous pouvons évaluer leur qualité. Souvent ces imitations ne sont pas de grande qualité et cela il faut le dénoncer haut et fort. Par exemple, il y a de plus en plus de producteurs de « mozzarella » qui produisent cet aliment hors d’Italie et avec des résultats excel-lents. Qu’est-ce qu’on fait face à cette évidente qualité ? On va leur reprocher de ne pas l’avoir fa-briqué en Italie ? C’est évident que cela ne pourra pas être accepté. Je veux dire par là que la dé-nomination d'origine ne suffit plus. Nous devrions défendre la qualité, c’est tout. Et combattre aussi l’imitation réalisée en Italie même (je pense, par exemple, à l’huile d’olive en provenance d’autres pays et vendue sous l’égide du Made in Italy de qualité). Combattre les imitations est un devoir ca-pital pour permettre aux seuls bons produits italiens de continuer à faire saliver les vrais gourmets.

  • Quel est le produit agroalimentaire italien que vous appréciez le plus, et pourquoi ? La question est redoutable, car à part la critique que je viens de faire, la palette de produits qui constituent un point de fierté pour l’italien que je suis, est immense. Je reste, peut-être à cause ou grâce à mes origines populaires et paysannes, un fan de « Pasta », de la meilleure. Et qui dit pâtes dit nécessairement une sauce de qualité. A ce niveau je crois que la préparation d’un bon plat de pâtes pourrait mériter à elle seule l’appellation de « dénomination d'origine contrôlée » car malgré tout c’est difficile de manger des pâtes de qualité ailleurs que dans la botte.