Actualités

enogastronomia

Vin et vacances forment toujours un binôme intéressant pour les voyageurs. L’œnogastronomie se révèle un élément fondamental pour le choix des vacances des Italiens. En 2016, plusieurs rapports ont montré que 20 % des Italiens se disent intéressés par ce type de tourisme, pourcentage qui a atteint 30 % en 2018. En somme, quand on est en vacances, la dimension gastronomique n’est pas négligée, elle devient même fondamentale. Les régions les plus appréciées par les touristes italiens pour des vacances de ce genre sont la Sicile, la Toscane et l’Émilie-Romagne. Et Naples, Rome et Florence sont les villes qui rencontrent le plus grand succès pour ce qui est de l’alliance entre nourriture, vin et tourisme.

violini

En décembre 2018, dans le Val di Fiemme (Trentin Haut-Adige) une violente tempête a éclaté et déraciné un grand nombre d’arbres, surtout des pins, très répandus dans cette région. Grâce à l’intérêt de Federforeste (fédération italienne des communautés forestières), ces épicéas (dits de « résonnance », en raison de la qualité de leur bois) deviendront des « pères », car de ce bois naîtront des violons Stradivarius, suite à une donation de la Province autonome de Trente. 2,5 tonnes de bois précieux seront mis à la disposition de la célèbre école de lutherie « Antonio Stradivari » à Crémone pour créer des instruments à cordes (violons, violes, violoncelles et contrebasses). Ce ne sera toutefois pas un travail rapide : pour être utilisé parfaitement, le bois des épicéas devra sécher au moins trois ans avant d’être travaillé.

Ferrari

Brand Finance est une société chargée de l’évaluation des marques et de leur influence dans le monde : de Apple à Dolce & Gabbana pour arriver à Google, Brand Finance étudie et analyse l’influence de 500 grandes multinationales et, cette année, la marque la plus forte et la plus attractive est Ferrari. « Le logo du cheval cabré est le symbole parfait de la force et de la vitalité de la marque. Un niveau de reconnaissance indiscutable dû au design et à l’innovation », peut-on lire dans l’article. Les autres entreprises italiennes présentes dans le classement sont les suivantes : Eni, Enel, Gucci, Tim, Poste Italiane, Generali et Intesa Sanpaolo.

Sartoria

Le monde de l’artisanat se développe et s’ouvre aussi aux métiers les plus inattendus. Une étude récente réalisée par Unioncamere donne l’image précise de la façon dont change ce marché : la branche qui connaît la croissance la plus dynamique est celle des tatoueurs qui sont plus de 4 000, pour la plupart de jeunes entrepreneurs, suivis par les jardiniers (plus de 3 554). En termes de pourcentage, le marché de la mode artisanale donne également des signes positifs. Une surprise est apportée par les tailleurs sur mesure pour vêtements de cérémonie qui ont augmenté de 11 %. En revanche, les entreprises de construction sont à la traîne avec une baisse inquiétante de 20 % en cinq ans.

Bio

Entre 2012 et 2017, les superficies cultivées en respectant le mode biologique ont augmenté de 63 % en Italie. Elles atteignent 14,9 % de l’ensemble du territoire agricole selon les données publiées fin janvier 2019 par Eurostat. L’Italie, avec plus de 1,9 millions d’hectares, fait partie des pays disposant des plus grandes surfaces bio en termes absolus, au deuxième rang après l’Espagne, avec 2,1 millions d’hectares. Les pays ayant les plus grandes proportions de superficies bio ou en conversion sont l’Autriche (23,4 %), l’Estonie (19,6 %), la Suède (19,2 %), l’Italie (14,9 %), la République tchèque (14,1 %), la Lettonie (13,9 %) et la Finlande (11,4 %).

Eurogruppo

La Commission européenne a rejeté mercredi 21 novembre le budget de l’Italie pour cause de dette excessive, prévoyant d’éventuelles sanctions financières. Giuseppe Conte promet des réformes mais pas un changement de cap. « Dans une situation d’endettement très élevé, l’Italie prévoit essentiellement d’importants emprunts supplémentaires au lieu de la prudence budgétaire requise », a indiqué le vice-président de la Commission européenne Valdis Dombrovskis, soulignant le « risque que le pays s’enfonce aveuglément dans l’instabilité ». Le gouvernement italien prévoit un déficit public à 2,4 % du PIB en 2019, puis une réduction à 2,1 % en 2020, des prévisions jugées irréalistes par la Commission : selon son avis, le déficit atteindra 2,9 % du PIB en 2019, puis 3,1 % en 2020. La Commission européenne estime que le budget proposé par le gouvernement italien ne lui permettra pas de réduire la dette de 130 % du PIB. Depuis Rome, le vice-Premier ministre Matteo Salvini a commenté le rejet européen (attendu et anticipé) « Nous vous répondrons en expliquant en détail la manœuvre, les réformes, les investissements ».

Lusso

L’industrie de la mode et du luxe a renoué avec une croissance dynamique et clôturera l’année 2018 avec une augmentation de 8 % au niveau mondial consolidant ainsi une expansion amorcée en 2017. Les entreprises de luxe ont enregistré un taux de croissance de 6,4 % au cours de la période 2014-2017, contre 4,8 % pour les activités non liées au luxe (bas de gamme, moyen et premium). La taille moyenne des entreprises du luxe représente 624 millions d’euros contre 257 millions pour les PME du « non-luxe ». Cela indique qu’en Italie, le système pour « faire du luxe » est plus facile et favorable. De nombreuses entreprises du luxe continuent ou sont revenues produire en Italie : une relocalisation qui atteint 85 %, et le système « made in Italy » est en constante progression. En revanche, les entreprises non spécialisées dans le luxe ne produisent qu’à hauteur de 13 % en Italie et ce chiffre a fléchi en 2017. Ce déséquilibre est également enregistré en termes de destination des exportations : les ventes des entreprises du luxe sont réalisées à 38 % en Italie et en Europe, soit 62 % exportées hors-Europe.

autostrade

Après une première phase appelée « étude pilote », utile pour la mise en service et le calibrage du système, l’A35 sera complètement électrifiée de manière à permettre aux véhicules lourds de se connecter au réseau et de se déplacer sans polluer. L’idée est née de la société Scania et prévoit l’installation dans les deux sens d’une ligne électrique suspendue permettant l’alimentation des camions en circulation. Le système, déjà testé en Suède et en Allemagne, rappelle celui, bien connu, des trolleybus : grâce à un pantographe et à un groupe motopropulseur hybride, les véhicules pourront alimenter un moteur électrique. Le projet de 6 km de l’autoroute A35 Brebemi (l’autoroute reliant Brescia à Milan) s’appuiera sur des systèmes de distribution d’électricité qui seront mis en œuvre à l’extérieur de la plate-forme autoroutière avec une ligne de contact à courant continue de 600-750V, construite au-dessus de la voie d’une hauteur d’environ 5,5 mètres. Une révolution copernicienne qui comporte trois aspects : culturel, économique et environnemental. Changer le rapport des usagers à l’écologie, réduire drastiquement les émissions de CO2 et augmenter la compétitivité des entreprises. Les économies de gazole feront baisser en moyenne de 30 à 40 % leurs coûts de transport. Il s’agit d’un projet économiquement onéreux : le coût pour 1 kilomètre d’autoroute sera de 1 million d’euro, et électrifier l’ensemble de l’A35 coutera environ 150 millions d’euros. Les ministères italiens des Transports et de l’Environnement sont impliqués dans le projet. Le choix de l’A35 se justifie à la fois par la modernité du tronçon autoroutier et par des raisons géographiques : il se situe au cœur du marché national et européen des services logistiques et constitue donc l’un des plus exposés en Europe aux facteurs de pollution. Siemens, acteur aussi de ce projet, estime que les émissions de C02 du secteur des transports seraient réduites de 6 millions de tonnes si 30 % du trafic des poids lourds pouvait être électrifié.

Salone nautico

Une excellente édition non seulement du point de vue des visiteurs et des ventes, mais aussi en termes de revenu pour la Province de Gênes et de marketing territorial de toute la Ligurie, cela à un moment assurément critique pour toute la zone. Du 10 au 30 septembre, pour les différentes phases (aménagement, manifestation), le revenu produit par le Salon nautique sur le territoire de la ville de Gênes et dans la région dépasse 60 millions d’euros, sans compter les activités organisées tout au long de l’année pour les manifestations sportives, la formation et les essais de bateaux induits par le Salon nautique. Les chiffres, conséquents, qui ont attesté le succès indiscutable de la manifestation – 174 610 visiteurs, soit +16 % par rapport à l’an dernier – ont trouvé un écho dans les 73 événements organisés dans la ville dans le cadre du calendrier GenovaInBlu. Le Salon Nautique a également été une scène qui a permis d’accueillir 620 événements : rencontres ForumUCINA, séminaires, conférences et fêtes des exposants. Gênes s’affirme toujours plus comme lieu permanent pour la navigation de plaisance. À partir du mois d’octobre débutera le programme de promotion internationale du Salon nautique et de la ville de Gênes dans les principaux salons à l’étranger : l’Ibex Show à Tampa (Floride), le Fort Lauderdale Boat Show, le METS Trade d’Amsterdam, le Boot de Düsseldorf.

Milano imprese

En deux ans, sur la période 2016-2018, les entreprises milanaises inscrites au registre des entreprises ont augmenté de 3,5 % passant de 199 000 à 206 000. 25 % ont leur siège dans le centre historique (52 000 entreprises, soit une augmentation de 4,5 %). La zone Nord enregistre une forte hausse de 23 % de l’activité. Le secteur de la mode et du design compte 12 000 entreprises dont l’épicentre est situé dans les quartiers du Quadrilatero et de Brera, où sont concentrées 1 677 entreprises, soit 10 % du total. Les données élaborées par la Chambre de commerce de Milan montrent une augmentation de 1 000 entreprises dans l’univers de la mode. En outre, sur les 206 000 entreprises inscrites au registre, 31 000 appartiennent au secteur « Smart City » (entreprises qui traitent des services et des innovations allant de la technologie à l’efficacité énergétique dans le but d’améliorer la qualité de vie des personnes). 27 500 entreprises du secteur artisanal sont implantées dans Milan et constituent un vrai fleuron du Made in Italy milanais.